L’ortie : un actif naturel idéal pour le soin de la peau

L’ortie : un actif naturel idéal pour le soin de la peau

Présentation de l’ortie

L’ortie est une herbe appartenant à la famille des Urticacées et au genre botanique Urtica. Cette plante sauvage est cultivée en France et pousse sur les sols riches en azote. 

Un pied adulte mesure environ cinquante centimètres ou plus. Il dispose de feuilles triangulaires dentelées et des poils urticants sur les faces supérieures des feuilles et sur la tige. Due à cela, l’ortie peut provoquer une réaction inflammatoire à la surface de la peau.

Il existe plus d’une vingtaine d’espèces d’orties différentes. Certaines d’entre elles possèdent des atouts en phytothérapie comme l’Urtica dioica (ortie dioïque ou grande ortie) et l’Urtica urens (ortie brûlante ou petite ortie). 

En outre, l’ortie est aussi riche en éléments nutritionnels ce qui a fait d’elle une plante comestible. Vous pouvez la consommer selon vos préférences : fraîche ou séchée, cuite ou crue, salée ou sucrée, seule ou accompagnée.

Les principes actifs et les bienfaits de l’ortie

Les principes actifs

Connue pour avoir une excellente composition nutritionnelle, l’ortie contient :

  • dans les feuilles : des flavonoïdes, du calcium, du fer, de la silice, du magnésium, du manganèse, du potassium, du soufre, du zinc, de la vitamine A, B, C et E, des acides caféiques et de la chlorophylle ;
  • dans les racines : des lectines, des glycanes, des galacturonanes, des lignanes, des tanins et stérols ;
  • dans les graines : des protéines, des mucilages et de l’huile grasse.

Les bienfaits de l’ortie

L’ortie apporte plusieurs bienfaits pour la santé.

Les bienfaits de l’ortie pour la peau

Cette plante sauvage entre par exemple dans la composition de plusieurs produits cosmétiques notamment grâce à ses propriétés nourrissantes et régulatrices. L’ortie est également devenue une plante précieuse dans la composition de compléments alimentaires pour une peau nette. 

Vous pouvez trouver sur le marché des shampoings, des lotions, des crèmes ou encore des sérums qui contiennent de l’extrait d’ortie. 

Notez que sur la peau, la plante a une action positive contre l’acné, l’eczéma, l’excès de sébum

Ses propriétés purifiantes, anti-inflammatoires et dépuratives agissent ensemble pour nettoyer et soigner la peau en profondeur. Cela favorise l’élimination des toxines et des pollutions qui s’accumulent sur l’épiderme et ainsi le renouvellement cellulaire. Cela réduit aussi les risques d’apparition des affections cutanées, surtout pour les peaux sensibles. 

Cette vertu va permettre d’optimiser l’effet peau lisse et de lui rendre de l’éclat 

 

Sur les peaux grasses, l’ortie exerce sa propriété astringente alcanisante ( c’est-à-dire que l’ortie va participer à l’équilibre acido-basique de l’organisme) afin de resserrer les pores et réguler la production de sébum. L’ortie va ainsi permettre de prévenir de l’hyper séborrhée. L’hyper séborrhée est la production excessive de sébum ayant pour conséquence une peau grasse. Il ne faut pas éliminer complément le sébum dans l’écosystème cutané mais plutôt le réguler car en quantité excessive il va également être la cause de nombreuses imperfections. L’ortie par ses vertus va permettre de prévenir l’effet peau grasse et l’apparition d’imperfections.

Enfin, il ne faut pas non plus oublier que la plante est riche en silice. Cette dernière stimule la production de collagène et d’élastine ce qui permet à la peau de garder sa fermeté et sa souplesse naturelle. 

La silice va également permettre, dans le cadre d’une cure de compléments alimentaires, d’optimiser l’assimilation des nutriments et vitamines par l’organisme. L’ortie va être alors un catalyseur de l’efficacité des différents actifs d’un complément alimentaire. 

Sur les autres parties de l’organisme

Les effets bénéfiques de l’ortie s’étendent également sur d’autres parties de l’organisme.

Diurétique et drainante, l’ortie est utilisée pour faciliter la diurèse et pour lutter contre diverses maladies tels les rhumatismes, la goutte, l’arthrite, l’arthrose ou bien même les calculs rénaux. Les racines de cette plante sauvage sont employées pour combattre les troubles mictionnels liés à l’hypertrophie bénigne de la prostate.

L’action reminéralisante de cette plante lui apporte un certain effet tonique. En effet, l’ortie peut protéger contre toutes formes d’asthénie et de carences en minéraux.

Dépurative et cholagogue, cette plante permet également de stimuler les sécrétions biliaire, pancréatique, intestinale ainsi que stomacale. En d’autres termes, elles présentent aussi un grand avantage en cas de transit intestinal irrégulier.

Anecdote sur l’ortie

Depuis la préhistoire, les orties étaient utilisées en tant que légume. Beaucoup les cuisinaient en soupe d’ortie et les mangeaient même les crues. 

Dans l’antiquité, elles étaient devenues très connues notamment chez les Grecs, les Romains et dans la médecine traditionnelle indienne.

Pendant plusieurs siècles, elles étaient spécialement utilisées comme étant des mets thérapeutiques. Mais, pendant quelque temps, leurs pouvoirs en tant qu’usage en phytothérapies ont été négligés. Depuis ce temps, les orties sont devenues classées parmi les mauvaises herbes.

La situation n’a changé que depuis quelques années, car certains experts ont confirmé que la plante possède un fort potentiel thérapeutique. Et jusqu’à ce jour, les recherches sur les vertus qu’elles renferment n’en finissent pas.

Enfin Des récentes fouilles archéologiques ont fait émerger l’existence de culture d’orties à la préhistoire et ont amené les chercheurs à la considérer comme l’un des premiers légumes cultivés et consommés par l’humanité. Consommation que l’on retrouve jusqu’au milieu du XX ème siécle et qui tente de faire un timide retour sur les étals de marché.